Rechercher

Abattage d'un espace boisé par la municipalité - l'exemple parfait d'une politique anti-Annie HILD

Dernière mise à jour : 27 août

Face au réchauffement climatique et aux incendies majeurs qui ont touché particulièrement le Sud-Ouest durant l'été, la commune d'Idron abat un bel espace boisé sur la commune alors que l’objectif devrait être, au contraire, de le préserver.


La raison de cet abattage est connue : il était insupportable pour André Nahon de reprendre le projet de construction du Nouveau Centre Technique communal à l’endroit décidé par l’ancienne municipalité (dont le nouveau maire, ancien 1er adjoint, avait lui même voté favorablement en commission d’urbanisme…). Oui mais ça c’était avant vous diront-ils. Une honteuse amnésie pour un nouveau maire souhaitant diriger la commune sereinement et avec professionnalisme.


Les Idronais vont-ils encore payer longtemps cette pantalonnade avec une opposition "écologiste" fautive et aujourd'hui scandaleusement muette ? Quel grand écart entre le discours et la réalité des actes et des propositions. Ce mutisme est-il le juste retour des indemnités accordées à Mme Rodière et Pujo-Sausset, élus d'opposition ?


Après les reniements, les petits arrangements entre élus frondeurs, les chasses aux sorcières à l’encontre des anciens colistiers, le licenciement de mères de famille du Groupe scolaire, la fin de la gratuité de la garderie scolaire, l’augmentation de la taxe foncière ou encore l’augmentation des indemnités d’élus, cette municipalité recomposée continue chaque jour de nous épater sur ses motivations.


En lieu et place d'une politique des indemnités et de l'anti-Annie HILD, les élus pourraient-ils mener une politique d’intérêt général avec une vraie vision sur les enjeux de demain ?


Un programme a été voté par les électeurs en 2020 ; que ces élus qui ont souhaité se présenter aux côtés d’Annie HILD le respectent et respectent leurs électeurs.

Où est-on de la maîtrise des finances publiques et de la stabilité fiscale, de la construction de la plaine des sports, du Dojo, de la crèche intercommunale, de la micro-crèche, de l’agrandissent de la cour de l’école, de la salle de jeux ou de la sécurisation du Château d'Idron ? Où en est-on du soutien aux commerçants touchés par la crise Covid qui ont vu leur taxe communale sur la publicité augmenter en pleine pandémie ?


A défaut de respecter ses concitoyens et de réaliser le programme de campagne, ne serait-il pas plus honorable pour ces "élus" de démissionner de leur mandat ? Deux l'ont déjà fait.


L'image de notre commune se dégrade. Triste époque pour Idron.


Guillaume BOISOT