Rechercher

Le bilan de deux ans de mandat – Une série de volte-face

Sur son engagement de « probité »

Après sa première trahison des électeurs au moment de l’élection du Maire en mai 2020, le nouveau maire affiche une récidive permanente sur le projets communaux en cours.


D’un côté le nouveau maire fait part à la population de son absence lors des évènements majeurs des inondations sur la commune ces dernières années, et de l’autre, sa participation et ses votes sans faille aux Conseil municipaux ou commissions intercommunales sur les projets et réalisations sur la commune, notamment sur le Domaine Paul Ducournau et l'aide apporter au Rugby Park. Que comprendre ?


Il claironne en réunion publique : « au dernier mandat j’étais pas là et j’avais pas la main ».

Mais alors Idron au cœur se questionne : T’étais pas là mais t’étais où ?


Le comptable public peut lui confirmer le virement de ses indemnités durant les 12 dernières années.


EN CLAIR :

Que représente le mot « probité » pour lui ?


Sur sa promesse de stabilité de la fiscalité locale

Le nouveau maire a fait campagne auprès d’Annie HILD et son équipement avec certains engagements dont la non-augmentation de la fiscalité communale sur la mandature 2020-2026. Après la pantalonnade, il a réitéré sa position auprès des Idronais : « Ensemble, nous mettrons en œuvre le programme qui vous a été proposé durant la campagne électorale, en étant comptable de l’argent public, pour ne pas toucher aux taux de notre fiscalité locale, qui demeureront stables au cours du mandat ».


Deux après que faut-il comprendre après :

  • En 2021, l’augmentation de la TLPE de tous les commerçants Idronais, en pleine crise de la Covid-19 ;

  • En 2022, l’augmentation de la taxe foncière bâtie de 1 point pour l’ensemble des habitants faisant suite à l’augmentation de 2 points de l’Agglomération Paloise (votée par les représentants d’Idron en conseil communautaire) et la revalorisation des bases par l'Etat. Triple peine.


En parallèle, le nouveau maire oublie de mentionner l’augmentation des indemnités des élus Idronais, dès le lendemain de son l’élection puis sa décision de rémunérer deux conseillers d’opposition, pour service rendu.


EN CLAIR :

Était-ce bien le souhait des Idronais ? A quoi pouvons-nous nous attendre pour les prochains mois ? Devons-nous mettre en boule la célèbre chanson de Dalida « Paroles, Paroles, Paroles… » ?



Sur sa promesse de réalisation du programme de campagne

Le principe des projets de campagne d’Annie HILD, ancienne maire et architecte DPLG, semble être confortés par le nouveau maire sans en respecter la vision d’origine.

Voici quelques exemples :


  • La restauration de l’emblématique bâtiment de l’« ancienne maison du gardien » du Domaine Paul Ducournauabritant la nouvelle MAM (maison des assistantes maternelles) et des locaux associatifs. Ce projet initié en 2019 avait pour but d’apporter un confort aux associations (Boxe, peinture, astronomie) et un service complémentaire aux assistantes maternelles pour favoriser un lieu de rencontre et un échange de moyens.

Cette rénovation raisonnable devient-elle pharoniquement irraisonnée ? La municipalité est passée d’un projet de 200.000€ à 800.000€.

Message envoyé par Annie HILD sur le groupe de campagne "Continuons Idron" le 20 mai 2020 (avant la pantalonnade) indiquant, déjà à l'époque, le projet de MAM conçu par Annie HILD.


  • La construction du nouveau centre des services techniques votée en commission en 2019 à un emplacement stratégique (limitrophe des anciens bâtiments de l’armée) avait un accès direct sur l’avenue du Béarn, pour une efficacité de service.

Sa construction semble maintenue par le nouveau maire mais à un autre emplacement étonnant, au vu des contraintes engendrées par le déplacement des véhicules communaux. Après observation, ce nouvel emplacement est un lieu de grand passage dont il faudra prioriser la sécurité.


  • La plaine des sports, le Dojo et ses 2000m2 constructibles au PLUI pour le bien-être de la commune

D’une simple extension demandée par les professeurs permettant de limiter les coûts financiers, le nouveau projet semble évoluer à la hausse sans réalisation d’une belle plaine des sports pour le groupe scolaire, le centre aéré et autres sportifs.

Pourquoi ?


  • La rénovation de l’ancienne mairie

Depuis plusieurs années, l’ancien exécutif travaillait à une accessibilité renforcée de l’ensemble des bâtiments de l’hôtel de ville (ancienne et nouvelle mairie). L’entrée se trouvait rehausser pour permettre un accès intérieur et à l’abri de la pluie et du vent entre les deux corps de bâtiments du niveau supérieur.

Il devenait de façon urgente de rénover les façades de l’ancienne mairie de sa totalité (façades, balcons, sols et murs).


  • La modernisation du Groupe scolaire « Les Platanes »

L’objectif était de rénover et d’agrandir les cours de récréation par une acquisition de la petite maison limitrophe, la rénovation du bâtiment accueillant le centre de loisir dans sa totalité (avec la création d’une mezzanine), et la création d’une halle (issue d’un projet ancien) sur un terrain jouxtant l’école. Le changement de la robinetterie s’est toujours fait de manière régulière.


  • La mise en sécurité de l’intérieur du Château

Les bâtiments du Château d’Idron font l’objet d’une usure normale et nécessite des travaux importants pour un accueil sécurisé du public.

Mmes RODIÈRE (élue dès 2008) et BOUDER (élue dès 2014) chargées de ce projet ont-elles maintenant les mains libres pour la réalisation de leurs projets ? Une maquette peut-elle être présentée à un coût raisonnable et raisonné pour les contribuables ?


EN CLAIR :

Pourquoi ne pas réaliser précisément le programme de campagne voté par les électeurs et étudié pour être techniquement et financièrement réalisable sans augmentation d'impôt sur la mandature ?



Lettre du nouveau maire d'Idron envoyé suite à la pantalonnade.