top of page
Rechercher
  • idronaucoeur

Municipalité d'Idron - L'urgence d'embaucher un cadre A

Les négligences commises par les élus depuis plusieurs mois dans les réalisations municipales doivent amener à créer un poste de cadre A au sein des services.


Quelques exemples concrets parmi d'autres.


1. Avenue de Beaumont


L’ENFOUISSEMENT DES LIGNES :


Durant le dernier mandat d’Annie HILD, l’étude d’enfouissement des lignes était en cours de réalisation. L’intention est d’y créer le long de la route des voies douces cyclables et piétonnes fortement subventionnées par le Département, l’agglomération et l’Etat.


Dès lors, pour quelles raisons les trottoirs ont-ils été rénovés sans au préalable avoir procédé à l’enfouissement des lignes tant attendu par les riverains ?


LA MISE EN PLACE DE RALENTISSEURS :


La nouvelle municipalité d'Idron a mandaté une entreprise de travaux publics pour procéder à la mise en place d'un ralentisseur sur l'avenue de Beaumont. Aussitôt réalisée, la signalétique au sol et les panneaux avertisseurs ont tardé, la chaussée rétrécie, cela rendant les lieux accidentogènes. La semaine a passé, et le cassis ou dos d'âne (le ralentisseur) est enlevé, les panneaux, eux, restant en place. La semaine à encore passé et des coussins berlinois prennent place.

Cette avenue est une route Départementale dont la gestion dépend en tout point du Conseil Départemental. Le service ingénierie du Département 64 a t'il été consulté ?


LA MISE EN PLACE DE PLOTS PVC :


La volonté de la municipalité d'Annie HILD était de respecter le côté "ancien" du bourg, faire perdurer l'esprit du bâti ancien et de ses aménagements simples et naturels. Des potelets blancs en structure PVC longent depuis peu le côté de l'avenue de Beaumont, ne permettant plus de garer les véhicules lors des obsèques ou pour les riverains, et dénaturent fortement le site, alors que les abords se trouvent suffisamment dimensionnés pour du stationnement ponctuel. En tout état de cause, un aménagement plus esthétique et préservant l'esprit ancien du bourg n'aurait-elle pas pu être privilégié par la municipalité ?





2. Rue de Peyreblanque


Les nouveaux aménagements de la rue de Peyreblanque sont loins d’associer la sécurité, l’embellissement et le fleurissement tant promis par la nouvelle municipalité et l’opposition. Les promesses sont-elles difficiles à tenir ?

Mme Péré, conseillère départementale Pau 2 et soutien de l'opposition, ayant suivi les aménagements réussis de l’avenue de Belsunce (réalisés par les services du Département), aurait pu les guider dans le même sens.



3. Rue du Lannot

En décembre 2022, la municipalité d’Idron indique que la rue du Lannot est « désormais terminée ».


En septembre 2023, les promeneurs et riverains peuvent constater de l’état et l'entretien de la rue du Lannot, dont les travaux ne sont effectivement toujours pas terminés. Deux endroits restent encore inachevés : - A l'entrée de la rue du Lannot (espèces verts, lampadaires, descentes d'eau d'une maison s'écoulant sur la rue) ; - Après le pont menant au Chemin Henri IV (trottoirs non conformes et laissés à l'abandon depuis 2020 ainsi que les énormes trous près du pont, rigoles bouchées).

Pourtant Mme Le Goupil, adjointe, passe tous les jours devant, ainsi que son collègue M. Etcheverry toujours absent des réunions et conseils municipaux.





4. Rue du Bourg


Si l’on regarde de près, le projet de la RD rue du Bourg au sud de la commune d'Idron n’est pas des plus satisfaisant.


La conseillère départementale et colistière de la liste municipale d’opposition a négligé la partie relevant de la responsabilité communale. Les matériaux utilisés sont esthétiques mais impraticables d’un côté de la voie par la présence de pavés à relief obligeant les piétons et personnes à mobilité réduite à s’écarter dangereusement sur la route.


Plus incompréhensible, les élus ont donné l’autorisation au nouveau maire de créer un arrêt et un quai-bus le long d’une parcelle constructible au PLUI. La plupart de ces élus dont le maire M. Nahon (ancien adjoint à l’urbanisme), Mmes Martin Bouder, Pinault et Paternotte ainsi que le responsable administratif ont pourtant suivi depuis 2009 la construction du PLU communal devenu PLUI Intercommunal.


Ces fortes négligences ont incité l’embauche par la municipalité d’un agent spécialisé au bureau de l’urbanisme.


Cette solution à court terme doit amener le Conseil municipal à créer un poste de cadre A au sein des services d’Idron.


Une nécessité pour aider à la prise de décisions des élus. Il est impensable de procéder, à chaque erreur commise, à des embauches dans les services communaux.





Arrêt et un quai-bus le long d’une parcelle constructible au PLUI.


Comentarios


bottom of page