Rechercher

Parlons d'Idron #3 - Rentrée 2021

Dernière mise à jour : 21 oct. 2021


UNE NOUVELLE DÉMISSION – UNE « MAJORITÉ RECOMPOSÉE » QUI VACILLE


Les 5.000 habitants d’Idron ont appris, dans un article du 7 septembre publié dans la République des Pyrénées, la DÉMISSION d’une nouvelle adjointe, Joëlle Prudent, en charge du Groupe Scolaire et de la petite enfance. C’est l’absence de cette dernière à l’occasion des préparatifs de la rentrée 2021 qui semble avoir alerté certains parents ou enseignants, alors que la commune est un acteur majeur du Groupe scolaire.


En effet, cette démission tenue secrète par la municipalité, semble être effective depuis presque deux mois, aux dires de M. Nahon indiquant que « Mme Prudent a démissionné en fin d’année scolaire, pour raisons personnelles ».


Pourquoi M. Nahon n’a-t-il pas souhaité officialiser cette démission auprès des conseillers municipaux et de la population ? Que faut-il en penser ? Les membres de la « majorité recomposée » n’ont même pas été informés de cette démission, précisant à la presse être « ahuris » de cette découverte, près de deux mois après.


Ce nouvel épisode démontre l’opacité de la gestion communale de l’ancien premier adjoint aux finances et à l’urbanisme (depuis 2008…), inconnu de la population.


En cette année 2021, deux adjoints au maire ont démissionné de leur mandat. Bien que M. Nahon ne cesse de se persuader « que tout le monde est très content », voilà que cette seconde démission fait tâche pour un exécutif municipal déjà très affaibli.


Pour rappel, cette seconde démission « pour raisons personnelles » fait suite à la démission en avril d’un autre adjoint giflé par l’un de ses collègues, M. Ithurriague, en sortie de réunion municipale, ce dernier adjoint, toujours élu, recevant « le soutien » de M. Nahon.

Comment un premier magistrat peut-il soutenir le fautif plutôt que la victime ?


Cet épisode démontre que M. Nahon ne se soucie guère de la responsabilité politique que tout élu « tête de liste » doit assumer devant les électeurs.


Est-ce bien ce que souhaitent les Idronais ?



EN CLAIR :


Aujourd’hui, une seule démission de la liste « Continuons Idron » entrainerait l’organisation de nouvelles élections municipales à Idron.


M. Nahon et ses « derniers » frondeurs ont dévoyé la mission confiée par les électeurs à la tête de liste, Annie Hild.


L’équipe « Idron au cœur » estime que cette situation intenable dégrade considérablement l’image de la Commune depuis plus d’un an. Après avoir trahi les électeurs d’Idron, sa tête de liste et ses colistiers, après avoir été mis en minorité au sein de l’Agglomération Paloise par l’ensemble des 30 Maires et conseillers communautaires, c’est au tour de deux adjoints « frondeurs » de démissionner de leur mandat, fragilisant encore un peu plus, les derniers « soutiens » restants…


Dès lors, l’équipe « Idron au cœur » appelle M. Nahon à prendre ses responsabilités et les bonnes dans un objectif d’intérêt général et non partisan.

N’est-ce pas la seule solution pour redonner confiance aux électeurs toujours « déboussolés » et « humiliés » par ces épisodes successifs ?



LES RÉUNIONS DE LOTISSEMENTS


Au fur et à mesure que les réunions de quartiers se déroulent, le nouveau maire ne cesse de répéter ses phrases fétiches « Je ne suis au courant de rien » ou « je n’avais pas la main »…


Sincèrement, au bout de 12 ans de mandat, est-ce bien responsable ? Peut-il vraiment se prévaloir de telles excuses ? Pense-t-il se valoriser ainsi ?


Entre nous, M. Nahon en tant qu’ancien adjoint de 2008 à 2020 rapportait les délibérations les plus importantes au Conseil municipal (les lisait-il en amont ?) ou encore il distribuait le bulletin municipal aux habitants (le lisait-il vraiment ?).



LES DÉCISIONS DE RENTRÉE À RÉEXAMINER


En cette rentrée 2021, les élus majoritaires démissionnaires sont inquiets des annonces et décisions prises par la « majorité recomposée » d’André NAHON et Régine RODIÈRE - Léon SAYOUS.


Nous déplorons un conseil municipal du « quoi qu’il en coute » et de « toutes les dérives » pour retarder le naufrage annoncé de cette « majorité recomposée ».


Nous demandons le réexamen de l’ensemble des décisions suivantes prises par la « majorité recomposée » qui vont à l’encontre des intérêts de la commune et de ses habitants.



1. AUGMENTATION DES IMPÔTS COMMUNAUX POUR LES NOUVEAUX ARRIVANTS ET LES ENTREPRISES


Depuis de nombreux mois, nous interpellions les électeurs/lecteurs sur une possible augmentation des impôts locaux des particuliers et des professionnels par la « majorité recomposée », en contradiction avec les engagements de campagne.

En effet, dès le premier conseil municipal, post-pantalonnade, les membres de la liste « MVI » plaidait pour une augmentation des impôts locaux des particuliers vivant sur la commune car « aisés ». Face à cette proposition André NAHON a indiqué ne pas souhaiter d’augmentation d’impôt « pour le moment » en raison de perceptions de nouvelles recettes pour la commune (les fameux droits de mutation versés aux communes dont le nombre d’habitant dépasse 5.000 habitants – ce chiffre a été dépassé en 2020).


Malheureusement, quelques mois plus tard, nos craintes d’augmentation de la fiscalité locale sont devenues réalités pour les professionnelles, gérants TPE ou PME, créatrices d’emplois et de vie. Le Conseil municipal a voté pour une augmentation considérable des taux de la taxe sur la publicité extérieure, en pleine crise du Covid-19. Suite à une pétition des commerçants d’Idron, cette taxe fut partiellement exonérée en 2020. Pour autant, cette augmentation fut confirmée pour l’année 2021. Une nouvelle trahison.


Un an après, sans bruit et avec le consentement de la liste « MVI », la « majorité recomposée » supprime l'exonération fiscale de 2 ans de la taxe foncière pour toute nouvelle construction à usage d’habitation.


Deux mesures contraires aux engagements pris devant les électeurs par l’équipe d’Annie Hild dont M. Nahon et ses amis « frondeurs ».

L’ensemble du programme avait été étudié pour être techniquement et financièrement réalisable sans augmentation d’impôt sur la mandature. Une nouvelle trahison.


Par cette décision, la municipalité d’Idron porte atteinte à la confiance des habitants dans le maintien et la stabilité d’une fiscalité locale mesurée et proportionnée en parallèle d’une fiscalité intercommunale qui ne peut qu’augmenter au vu des transferts de compétence. En période de forte augmentation des prix de l’énergie, cette mesure est très difficilement acceptable.


Est-ce en lien avec l’augmentation sans commune mesure des dépenses de la commune d’Idron et le réaménagement pour un prix pharaonique de la maison du gardien ?


EN CLAIR :


Nous récusons l’augmentation de la fiscalité locale depuis le début de la mandature d’André Nahon pour ces mêmes raisons.

Nous demandons le retrait de cette délibération, par respect des électeurs et des engagements pris et des futurs arrivants constructeurs.




2. DES PROJETS AU COUP PAR COUP : ATTENTION À LA FOLIE DÉPENSIÈRE


- Le réaménagement de la maison du gardien (2.1)

- Les bâtiments communaux (2.2)



2.1 LE RÉAMÉNAGEMENT DE LA MAISON DU GARDIEN

Une deuxième délibération du conseil municipal porte sur le réaménagement de la petite maison du gardien situé au domaine « Paul Ducournau » pour un montant pharaonique de 800.000€ HT.


Actuellement, cette maison du gardien accueille occasionnellement les associations de boxe, peinture et astronomie. L’objectif était d’accueillir en complément une MAM (maison d’assistante maternelle) de 9 places. A titre d’information, une trentaine d’assistantes maternelles sont déjà actives sur la commune. Le projet y prévoit-il l’embauche d’assistante maternelle Idronaises ?


En effet, la création de cette MAM est envisagée depuis la fin de l’année 2019, pour apporter une offre de service utile aux familles de la commune et favoriser la politique petite enfance. Les travaux de rénovation avaient débuté et ont été arrêtés par Christian Ithurriague, adjoint. Ce nouveau projet nous paraît entièrement disproportionné au regard de l’objectif poursuivi.


A titre de comparaison, la création du nouveau centre technique municipal (dizaines de véhicules, salle de repos des agents…) prévu par Annie Hild est estimé à environ 500.000€. Ce projet de campagne est repris par André Nahon. L’opération financière pour la commune était neutre puisque la construction du nouveau bâtiment était compensée par la cession du terrain (environ 650.000€) de l’actuel centre technique pour un usage d’habitation et d’activité. Une opération blanche pour les finances communales. Le quartier retrouvant sa vocation pavillonnaire.

Les 150.000€ restants pouvant ensuite être affectés à la réhabilitation de la maison du gardien. Une bonne dépense d’investissement raisonnée et travaillée en amont.

Qu’adviendra-t-il du Pigeon Club Palois logé au sein des services techniques ?


Ainsi, comment André Nahon et l’adjointe aux finances, Catherine Pinaud ont-ils pu proposer et faire valider au conseil municipal une telle dépense. Cette décision est extrêmement étonnante pour deux anciens adjoints d’Annie HILD, normalement formés à une gestion rigoureuse de la dépense publique.


EN CLAIR :

Nous appelons le Conseil municipal à se ressaisir au plus vite et à réexaminer ce projet.


Bien d’autres options moins couteuses étaient envisagées par Annie HILD et l’ancienne adjointe à la petite enfance, Caroline LADOIS, pour le bénéfice des familles, des enfants et des habitants. Le savent-ils ?


Vu le concept très ancien du bâtiment, un complément de réhabilitation en conformité sans modification de structure aurait convenu. En fonction des besoins, une construction de locaux associatifs pouvait être envisagée dans une autre localisation (le foncier de 2000m2 étant réservé, soit dans la plaine des sports, soit au domaine « Paul Ducournau »).


Photo de la maison du gardien située au domaine "Paul Ducournau".



2.2 LES BÂTIMENTS COMMUNAUX

Dans son bulletin municipal 2021, André Nahon annonce une somme de 3.360.000€ HT pour des « réfections » de peintures, d’huisseries et de bureaux de la mairie.


Chers lecteurs, vous avez bien lu, oui … trois millions trois cent soixante mille euros HT !


Cette enveloppe englobe-t-elle la rénovation complète du Château, le réaménagement complet de la maison du gardien, le réaménagement complet de la mairie et les peintures du Groupe scolaire qui en a tant besoin ?

Le manque d’anticipation nous laisse dans le flou.


Dès lors, des projets concrets peuvent-il être présentés aux habitants ? Comment la somme de 3.360.000€, si précise, a-t-elle été calculée ? Autrement dit, un projet chiffré, détaillé, techniquement et financièrement réalisable peut-il être présenté à l’appui de cette annonce ? Que faut-il déduire de ce manque de transparence ?


Par ailleurs, un projet de rénovation du Château est-il à l’étude ? Ce dossier sera-t-il présenté par l’adjointe Nathalie Bouder ?

Pour rappel, une réflexion devait être menée par l’adjointe à la culture, Nathalie BOUDER, concernant la réhabilitation du château d’Idron, monument important du patrimoine communal et devenu le cœur de village. Cette belle demeure, lieu de culture important doit être aménagé de manière qualitative, sur la durée sans dégradation des finances communales avec un définition précise des usages.

Durant la dernière mandature, cette dernière avait proposé un simple devis à l’exécutif municipal concernant la réhabilitation du Château d’Idron. Ce simple devis étant insuffisant, Annie Hild, avait demandé la présentation d’un projet concret, de qualité, techniquement et financièrement réalisable, justifiant une occupation des lieux. De plus, la comptabilité publique impose une mise en concurrence et différents devis pour des travaux d’une telle ampleur. Ces projets doivent être étudiés et perfectionnés, cela demande un travail important (études concernant les normes de sécurité, électricité, alarme incendie ou encore accès aux personnes à mobilité réduite notamment).


Depuis lors, ce travail est-il en cours ? Il conviendrait de ne pas réitérer les erreurs passées concernant les problèmes de finition (notamment les jardinières de la nouvelle mairie, les encadrements de baies situés au nord), et la présentation de devis.


EN CLAIR :


Nous déplorons l’euphorie dépensière de la « majorité recomposée » essayant de faire oublier sa pantalonnade auprès des électeurs par l’utilisation, outre mesure, de deniers publics pouvant dégrader sur le moyen et long terme les finances communales.


D’un côté, ils annoncent un engagement financier conséquent et de l’autre ils augmentent la fiscalité locale. Est-ce justifiable ?


Nous déplorons les projets au coup par coup et un manque de transparence total dans les annonces et décisions du conseil municipal, dont les dernières délibérations n’apparaissent plus sur le site internet de la mairie.



3. GROUPE SCOLAIRE :


A titre préliminaire, nous souhaitons un bon rétablissement aux enfants testés positifs au Covid-19 et espérons un retour rapide des 80 écoliers de maternelle au sein du groupe scolaire.



- FIN DE CONTRAT DE DEUX MÈRE DE FAMILLE (3.1)

- FIN DE LA GRATUITÉ DU TEMPS PÉRISCOLAIRE (3.2)

- AGRANDISSEMENT DU GROUPE SCOLAIRE (3.3)



3.1 LA RUPTURE INOPINÉE DE DEUX CONTRATS D’EMBAUCHE DE MÈRES DE FAMILLE IDRONAISES

Cette année 2021 a été un coup dur pour deux mamans Idronaises travaillant pour le Groupe scolaire depuis près de deux ans, embauchées par la maire sortante Annie HILD.


En effet, ces dernières ont vu leur contrat s’arrêter soudainement par André Nahon, quelques mois après son arrivé, sans aucun motif d’intérêt général, ni convocation préalable.

Malgré plusieurs tentatives d’échanges sur les raisons de cette fin de contrat improvisée, la municipalité se refuse à tout dialogue ; une procédure judiciaire a été engagée.


Faut-il également rappeler que quelques jours après sa prise de poste, le nouveau maire a expulsé une jeune femme malade, logée par la commune au Château d’Idron, à la demande de la maire sortante Annie Hild.


Qu’arrive-t-il à André NAHON ? Pourquoi ce changement brutal de comportement alors que M. Nahon et Mme Rodière souhaitaient travailler en toute sérénité ? Que faut-il en déduire ?



Nous transposons ci-dessous en intégralité la lettre de détresse d’une des mères de famille licenciée, postée sur les réseaux sociaux :


« SVPPPP ce soir j'ai besoin de vous. Voici mon histoire aidez-moi à la partager je vous en suis reconnaissante, ma famille et moi en souffrons.....mille merci **Idronnaise, Mère de deux enfants en bas âge et trois autres en garde alternée, agent polyvalent au sein du Groupe Scolaire d’Idron , la Mairie d'IDRON me licencie* Le 19 avril 2019, mon avenir professionnel et familial s’éclairci lorsque j'obtiens un emploi à la commune d'Idron ; en l'occurrence un détachement pour une durée de 5 ans à la mairie d' Idron au sein du groupe scolaire « les Platanes » au service restauration scolaire, entretien de locaux et garderie municipale .

Diplômée d'un BEPA services à la personnes, je m'épanouis pleinement dans mes fonctions et suis toute proche de signer un contrat définitif et ainsi mettre fin à mon emploi d'origine, totalement incompatible à ma vie de famille. Suite aux règles sanitaires imposées par la pandémie, il a été impossible de finaliser cet acte administratif. *Tout s'écroule lors de l'arrivée de la nouvelle équipe municipale.* Le nouveau maire, me reproche de présumées relations privilégiées notamment avec Mme Hild, maire sortante et une autre personne ancienne adjointe, alors quelles ne sont que strictement professionnelles. Lors d'un entretien dans les locaux de la mairie pour finaliser mon détachement, je suis reçue par M. Nahon, le DRH Mr De Faccio et un troisième homme plutôt gêné par la situation.

Après m'avoir signifié verbalement un refus catégorique sur mon embauche, j'essuie une pluie de reproches et un lynchage sans fondement. Je subi pression et chantage à l'embauche de la part du Maire. Il insiste lourdement sur ce point. « je souhaite des gens avec moi, êtes-vous avec moi ou contre moi ? » Je suis choquée par ses propos, je suis totalement apolitique. Il poursuit en ricanant je n'ai pas pris la décision de vous sortir de l’école pour vous renvoyer à la CRS , je pourrais le faire (*2) bien évidement, Il me fait bien comprendre qu'il me veut comme alliée, ses paroles me font très mal, en pensant que je dois retourner à mon ancienne administration, non conforme à ma situation familiale. Je tente mais en vain, de lui rappeler ces moments douloureux pour moi, mais d'un soupir ajoute "je veux pas m'en rendre compte" . De cet entretien, en ressort une grande détresse psychologique. Mon état de santé se dégrade et poursuis depuis une thérapie auprès d'une psychologue, Nouvelle blessure, le 27 avril 2021 lorsque j’apprends par téléphone de mon ancienne administration que la mairie d'Idron sur demande effectuée le 3 mars, met fin à mon détachement pour des raisons obscures. Cette lâcheté m'enfonce encore davantage dans ma souffrance psychologique. Jamais avisée, ni par mail, courrier, téléphone ou entretien préalable à la décision. J’apprends par transfert de mail du ministère de l’intérieur le 4 mai 2021 que je ne fait plus partie des effectifs de la Mairie d'Idron depuis le 1er mai 2021. Suite à mes sollicitations, le 6 mai 2021 me parvient enfin un courrier de la mairie d'Idron, jusqu'alors très silencieuse, me confirmant purement et simplement ma radiation des effectifs de la municipalité, pour motif que mon poste laissé vacant depuis mon absence générait un sureffectif du personnel scolaire, Que dire du tract émanent de la Mairie d'Idron, reçue dans ma boite aux lettres le 20 mai 2021 qui stipule que des embauches de personnels ont été rendu nécessaires au groupe scolaire d'Idron, Je dénonce cette décision injuste, inhumaine, cette méthode des plus efficace pour anéantir une personne .

Les conditions de forme et de fonds de la procédure de fin de contrat, ont-elles été respectées, j'en doute fortement ? »




EN CLAIR :


Nous demandons la réintégration immédiate des deux mères de famille, habitantes d’Idron, au sein du Groupe scolaire ou de la nouvelle MAM.




3.2 FIN DE LA GRATUITÉ DU TEMPS PÉRI-SCOLAIRE 2021 – UN NOUVEAU COUP PORTÉ AUX FAMILLES

Depuis de nombreuses années, la commune propose un accueil périscolaire GRATUIT à partir de 7h30 et jusqu’à 18h30.

La gratuité de ce service, essentiel pour la tranquillité des familles, est remise en cause par M. Nahon et ses « derniers » adjoints en totale contradiction avec les engagements de la campagne électorales 2020. Une nouvelle trahison.


EN CLAIR :


« Idron au cœur » réaffirme la nécessité d’une garderie GRATUITE pour l’ensemble des enfants. Ce service public utile pour les familles est un marqueur, depuis de nombreuses années, de l’attractivité de notre commune et d’une politique familiale prospère et dynamique. Une gestion rigoureuse des finances communales permet cette gratuité.


3.3 L’AGRANDISSEMENT DU GROUPE SCOLAIRE

Depuis quelques années la Commune d’Idron réfléchissait à l’élargissement du Groupe scolaire au bénéfice des écoliers.


Premier projet : agrandissement de la cour

A l’arrière du Groupe scolaire se situe une petite maison (la propriétaire étant décédée) que la Commune souhaitait acheter afin de disposer d’un espace foncier supplémentaire pour les enfants.

M. Nahon, premier adjoint aux finances et à l’urbanisme était chargé de la réalisation de l’opération d’acquisition, par délégation de la maire Annie HILD.

Pour ce faire, il est entré en contact avec le notaire de la famille propriétaire de la maison, au travers de divers courriers et discussions. En tant que négociateur, la famille n’a pas souhaité donner suite aux propositions financières d’André Nahon pour finaliser l’acquisition, s’estimant lésée.


Depuis lors, le projet a-t-il été retravaillé ?


Second projet : construction d’un préau

Par anticipation, les services de l’urbanisme de l’ancienne maire d’Idron avaient, à sa demande, obtenu lors de l’élaboration du PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) la possibilité d’aménager un préau, sur un terrain adjacent au Groupe scolaire pour un meilleur confort et accueil des écoliers.

L’ancien président de la commission urbanisme (depuis 2008) a-t-il oublié cette possibilité ? Où en est-on ? Ce projet va-t-il voir le jour ?



EN CLAIR :


Le nouveau maire a-t-il engagé de nouvelles négociations avec les deux propriétaires des terrains pour finaliser la cession dans un but d’intérêt général ?


La combinaison de ces deux projets est aujourd’hui un juste équilibre pour les intérêts de nos enfants et de nos finances communales.


N’aurait pu-t-on pas partager les 800.000€ HT entre une occupation occasionnelle de la maison du gardien et l’amélioration de l’espace de vie des enfants au sein du Groupe scolaire ? Le conseil municipal peut-il présenter une maquette à la population, tel que l’avait fait Annie Hild pour la belle halle du marché paysan d’Idron.



En conclusion :


« Idron au cœur » demande que le Conseil municipal :

- réinstaure l’exonération de la taxe foncière de deux ans pour les nouveaux arrivants constructeurs ;

- propose une réhabilitation raisonnée et proportionné de la maison du gardien ;

- réintègre les deux maman Idronaises au sein du Groupe scolaire « Les Platanes » ;

- réinstaure la gratuité de la garderie ;

- propose un projet d’agrandissement du Groupe scolaire (la cour et le préau).