top of page
Rechercher
  • idronaucoeur

Construction de la future prison - la réponse abracadabrantesque du nouveau Maire d'Idron face aux habitants inquiets

"J'étais dans la FINANCE, je n'ai jamais entendu dire qu'un établissement pénitentiaire pouvait dévaloriser la valeur d'un bien"...


***


En ce premier semestre 2024, l'Agence publique pour l'immobilier de la Justice (APIJ) invite la population à s'exprimer sur le projet de construction d'un nouvel établissement pénitentiaire de 250 places au sein de l'Agglomération Paloise, au nord-est de la commune de Pau (Chemin de la Lande), près d’Idron.

Une réunion de concertation s'est ainsi tenue le 13 mai 2024 au sein de la Mairie d'Idron, où plusieurs riverains d'Idron ont exprimé leurs vives inquiétudes face à la possible construction d'un tel établissement pénitentiaire à proximité du domaine du Roy.

 

Face aux administrés, la réponse de la municipalité a été d'une légèreté stupéfiante voir navrante. Le nouveau maire d'Idron, André Nahon (80 ans) a ainsi précisé : "j'étais dans la FINANCE, je n'ai jamais entendu dire qu'un établissement pénitentiaire pouvait dévaloriser la valeur d'un bien"...

 

Un irrespect de la population qui ne peut qu'interroger.

 

L'ancien premier adjoint, devenu Maire par trahison et sans passer par le vote des électeurs, a-t-il à l'esprit qu'en tant que nouveau premier magistrat, sa parole se doit d'être pesée et engage une municipalité. A ce titre, les réponses apportées aux administrés doivent être largement argumentées (étudiées et travaillées).


Cette réponse affligeante rappelle d'autres faits où pour justifier ses prises de positions, le nouveau maire s'est référé à sa "carrière" de banquier ou d'ancien premier adjoint aux finances et à l'urbanisme [même si régulièrement absent a-t-il lui-même avoué publiquement].


  • Ses expériences antérieures n'auront ainsi pas empêché la commune d'Idron d'être financièrement pénalisée par une lourde amende administrative fin 2023 (plusieurs centaines de milliers d'euros) pour non-respect de la loi SRU en matière de logement sociaux sur la période 2020-2022 ainsi qu'une mise sous-tutelle en matière de droit de préemption d'urbanisme par la Préfecture. Un amateurisme inquiétant de la part d'élu(s) normalement au fait de ces obligations légales.

 

  • Ses expériences antérieures n'auront ainsi pas empêché la commune d'Idron d'imposer, sans concertation, l'installation de deux antennes et relais malgré le doublement de celle existante rue du Lannot, sur des terrains privés. Lors du dernier mandat, les habitants s'étaient pourtant largement exprimés contre de telles installations. Ne s'en souvient-il pas ? 


  • Ses expériences antérieures n'auront ainsi pas empêché la municipalité d'augmenter significativement les impôts des administrés, sans aucune augmentation/améliorations des services publics, et en totale contradiction avec les engagements pris : depuis 2020, hausse de 11% de la taxe foncière sur les propriétés bâties, hausse de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, création d'une taxe d'habitation pour les résidences secondaires, hausse de la taxe sur les enseignes des entreprises, hausse des tarifs du marché paysan ou encore la fin de la gratuité de la garderie scolaire. L'objectif de ses hausses d'impôts étant de masquer les erreurs et les choix d'aménagement (s)déraisonnés du début de mandat (notamment l'emballement de projets XXL) pour tenter de justifier d'un bilan avant 2026, au frais du contribuable.

 

Dans quel état d'âme se trouve la commission urbanisme et ses membres André Nahon, Catherine Pinaud, Nathalie Bouder, Simone Le Goupil, Christian Ithurriague, Jean Poillon, Jean-Louis Fauré et Léon Sayous ?




Comments


bottom of page