Rechercher

Gérer, c'est prévoir - L'exemple de la rue du Lannot

Les travaux prévus lors du dernier mandat ne se déroulent pas dans la clarté, et encore moins avec efficacité.


L’équipe « Idron au cœur » se trouve sollicitée et interrogée par le manque réel de préparation et de communication concernant la reprise du programme de travaux préparé par la précédente municipalité sur la rue du Lannot, mais également sur le fait que les travaux n'aient pas fait l'objet d'un seul et même programme. En effet, le point jouxtant le haut et le bas de la rue du Lannot doit semble-t-il être également refait. Y-a-t-il un projet de réfection du pont ? Une durée des travaux ? Les travaux seront-ils prolongés de nombreux mois ?

Les travaux de la rue du Lannot ont été cadrés dans le temps, suivant les nécessités des interventions des différents corps d'état concernés, suivant les règlementations en vigueur et la longueur des incontournables études, les constructions nouvelles…

Le haut du Lannot :

Voici 15 ans, la loi sur l'eau a donné l'obligation de créer des réseaux séparatifs d'eaux de pluie et d'eaux usées.

Le réseau d'eaux usées était en place, à l'initiative de M. Sarthou Raymond, Maire d’Idron, avec l'aide du syndicat d'assainissement de notre bassin de vie.

Les fossés longeant la voirie et certaines parcelles ont permis, par des busages et des branchements de recueillir les eaux de pluie, les orienter vers le ruisseau de l'Arriou Merde et être ainsi en conformité avec la loi.

Ensuite, l'intérêt s'est porté sur le haut, où des villas se trouvaient très régulièrement impactées par les eaux de ruissellement et les gravas venant de la pente du chemin traversant le bois du Lannot, acheminés lors des orages de fortes pluies.

Des premiers travaux, réalisés voici environ une dizaine d'année n'amenant pas une totale satisfaction, une consultation a permis d'établir un choix d'entreprise, sur la fin du dernier mandat, lequel se trouve très concluant.

Les travaux ainsi réalisés ont concerné :

- les eaux de pluies et eaux usées ;

- les eaux de ruissellement et les gravats ;

- le changement des lampadaires et la mise en place de la fibre optique ;

- le revêtement en enrobé de la voirie ;

- la création d'un parking pour les promeneurs et les joggeurs.

Une satisfaction pour les riverains.

Le bas du Lannot :

Les travaux du début de la rue concernent la récupération des eaux de pluie, la mise en place de la fibre, le changement des lampadaires et le revêtement final de la partie roulante. Il s’agit de travaux conséquents prévus par l’ancienne municipalité que le Maire d’Idron et les nouveaux adjoints pensaient simplement pouvoir reprendre, sans effort. Erreur et difficulté considérables pour les habitants du quartier. Cette erreur est d’autant plus consternante que deux élus vivent dans ce quartier.


Le pire est arrivé lorsqu’un message d'explication, écrit par l'entreprise de travaux, a été déposé dans les boîtes aux lettres, quelques jours avant le début des travaux, indiquant que le bas de la rue du Lannot serait coupé durant deux mois. Ce premier courrier précise qu'il serait permis aux riverains d'emprunter la rue le soir puis subitement, retour en arrière, la rue serait entièrement bloquée. Cafouillage.

De même, les riverains devront regrouper les bacs et poubelles, aussi lourds soient-ils. Peu après l'entreprise indique que les bacs seraient ramassés, puis, finalement, ne le seraient plus. L'entreprise serait chargée de diligenter les bacs en bout de rue, hors déposés le mardi 15 mars jour de ramassage, il faut attendre le mardi 30 avril pour récupérer son propre bac, on ne sait où.


Toujours aucune communication de la mairie d’Idron.


Afin de permettre aux riverains de quitter leur domicile via la commune de Meillon, le chemin traversant le bois du Lannot (Chemin Henri IV) s’est trouvé entièrement revêtu de béton.

Un matin, quatre véhicules se sont trouvés bloqués et refoulés sur la Commune de Meillon, avec un retour sur Idron. Second cafouillage et nouvelle difficulté pour les habitants.

En effet, la municipalité de Meillon n'a pas été avisée de l'ouverture à la circulation libre des usagers (doubles camions de transport, importantes livraisons, tracteurs...) par la municipalité d'Idron. Les entreprises d'espaces verts ne peuvent non plus emprunter ces voies avec leurs engins de travail et se rendre chez leurs clients.


Aucune prise de contact et de communication du Maire d'Idron envers son homologue de la commune voisine. Une nouvelle fois la "nouvelle majorité" a voulu agir à huit-clos, dans l'entre-soi, sans concertation et préparation.


Plusieurs propriétaires ont dès lors contacté la Conseillère départementale du Canton, Annie HILD, ancienne Maire et Vice-Présidente de l'Agglomération pour apaiser la situation.

Cette impréparation est difficilement imaginable. La nouvelle municipalité avait-elle envisagé la gestion des dossiers et des chantiers associés ? pourtant Melle Pourtau a écrit : "M. Nahon explique bien"... Les habitants ne peuvent visiblement bénéficier de ces explications !


Comment devons-nous ressentir ce manque d'organisation ? Comment en mettant une entreprise au devant des habitants, les élus d'Idron seraient exempts de toute responsabilité ? Ils sont pourtant en nombre, pour réfléchir ?

Quand la nouvelle municipalité va-t-elle se montrer aux riverains pour écouter leur vision de possibles embellissements ?

Pourquoi aucun élu n’est venu informer les administrés ? Qui est l’adjoint à la voirie ? Que deviennent les Ambassadeurs de quartiers ? Quel rôle doivent-ils exercer dans leur secteur ? Est-ce cela le changement tant prôné ?


L'élu local ne peut se contenter de prendre des décisions dans l’enceinte de la Mairie au travers d’un Conseil municipal à huit-clos, sans concertation avec les riverains, a fortiori après la pantalonnade organisée à l'encontre du vote des administrés.


Une demande de rencontre a donc été sollicitée par des riverains de la rue du Lannot à la municipalité d’Idron. Suite à ce courrier, deux adjoints se sont déplacés.

Les élus du quartier et ambassadeurs ne se sont pas manifestés à la réunion. Le Maire d’Idron, la 1ère adjointe étaient quant à eux introuvables…


Après avoir critiqué une bétonisation trop importante de la commune, la nouvelle municipalité vient, sans aucune réaction de M. Sayous ou de Mme Rodière, d’enrober de béton une partie de la rue menant au chemin Henri IV emprunté par des nombreux promeneurs, enlevant tout charme naturel à ce chemin. Les élus ont-ils, une nouvelle fois, oubliés leurs engagements ? Où est passée la vivacité de M. Sayous et de la liste MVI ?

Une concertation et un débat sain et apaisé sur les projets en cours et à réaliser devraient primer. C’est cela qui rendra confiance aux administrés Idronais désappointés. L’équipe « Idron au cœur » regrette ce manque de respect de la part des élus, s’étant engagés, normalement, pour servir exclusivement les administrés.


Nous espérons que ce message aidera à la compréhension pour les travaux ultérieurs. Gérer une commune demande de l'anticipation et du travail, à défaut il est possible de parler d'amateurisme ou du moins d'impréparation.

L’équipe « Idron au cœur ».