Rechercher

Idron victime de mauvais esprits

Chères Idronaises, chers Idronais,


L’équipe « Idron au cœur » est consternée d’apprendre dans un article paru vendredi 23 avril 2021 dans le journal de La République des Pyrénées que « au sortir d’une réunion en mairie (Idron), Jean-Michel Prigent (4ème adjoint au Maire d’Idron) reçoit une gifle devant deux témoins et dans un lieu public de la part de Christian Ithurriague (8ème adjoint au Maire d’Idron) ».


L’équipe « Idron au cœur » condamne avec la plus grande fermeté cet acte inacceptable, de surcroit perpétré à la sortie d’une enceinte communale par un adjoint au Maire.


L’équipe « Idron au cœur » est consternée par la réaction du principal intéressé répondant à une question d’une journaliste précisant s’être « un peu emporté. C’est bien aussi quand c’est animé ! ». « Et l’élu municipal, candidat aux départementales, d’assurer que « tout va bien maintenant. Tout le monde est très content. La gifle, c’est fini. Maintenant, j’ai autre chose à penser. Il faudra juste gagner les élections ».


Comment cet élu au Conseil Municipal d’Idron peut-il justifier son acte impulsif en déclarant « c’est bien aussi quand c’est animé ! » ? Cette déclaration est une honte et est indigne d’un élu de la République.


Suite à ces évènements, l’adjoint victime a décidé de démissionner de son mandat d’élu précisant : « Je ne pourrai siéger au conseil municipal d’Idron avec un élu qui m’a giflé, d’autant que la violence faite aux maires et aux élus par leurs administrés est déplorée quotidiennement et que c’est, à mon sens, encore pire quand un élu en est à l’origine. »


L’équipe « Idron au cœur » est très surprise d’apprendre que le Maire d’Idron, André NAHON, s’est abstenu de prendre la moindre sanction à l’égard de son 8ème adjoint et qu’il a simplement déclaré lors de l’annonce de la candidature de son adjoint aux élections départementales que : « Après « un moment d’humeur, aujourd’hui oublié » (…) le maire assure que « toute l’équipe municipale, soudée, est derrière Christian Ithurriague. Ça va de soi. Il n’y a absolument aucun souci ! ».


Comment le Maire d’Idron André NAHON peut-il accepter des règlements de comptes physiques entre adjoints en sortie d'une enceinte communale et déclarer « un moment d’humeur (…). Il n’y absolument aucun souci ! » alors qu’une main courante a été déposée au Commissariat de police de Pau par la victime ?


Comment le Maire d’Idron, élu de la République prônant la probité et l’intégrité peut-il soutenir un acte d’agressivité d’un élu envers un de ses collègues, obligeant ce dernier (la victime) à démissionner de son mandat, n’étant soutenu par aucun des membres du Conseil Municipal. Dans quel monde vivons-nous ?


Comment le Maire d’Idron, officier de police judiciaire par ses fonctions, peut-il soutenir le l’agresseur plutôt que la victime ? Pour rappel, dans une circulaire publiée le 7 septembre 2020, relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, le ministre de la justice a indiqué qu’il convenait de retenir des qualifications pénales prenant en compte la qualité des victimes lorsqu’elles sont investies d’un mandat électif. De même, le Premier ministre a demandé à chaque préfet de signaler systématiquement aux parquets les faits dont les élus sont victimes et qui sont susceptibles de recevoir une qualification pénale.


Suite à ces tensions à répétition au sein de la « majorité recomposée », c’est avec consternation et inquiétude que l’équipe « Idron au cœur » a pris connaissance des actes de vandalismes anonymes détériorant le merveilleux patrimoine communal d’Idron et de propriétés privées.


L’équipe « Idron au cœur » est sous le choc et appelle André NAHON à assumer son rôle, tant désiré, de premier magistrat. Alors que les faits s’accumulent, seul le mot « désagréable » lui vient à l’esprit pour qualifier cette situation. Le patrimoine communal et les habitants ont-ils à subir les mésententes du Conseil municipal constitué par une unique « majorité recomposée » ?


L’équipe « Idron au cœur » vous fait également part d’un courrier écrit par une élue du Conseil Municipal, membre de cette majorité, envoyé à l’équipe municipale de l’ancienne mandature… :


« Bonjour a tous,


Quelle honte ce matin en lisant l’article page 7 du journal concernant notre mairie. Vraiment je suis à mon 3ème mandat, nous avons vécu des situations cocasses, mais de tels actes ne donnent nullement, l’exemple d’un comportement que des élus, devrait avoir, irréprochable. Vraiment j’en suis mal à l’aise, d’autant que des administrés, et, ou, relations vont nous questionner, bien évidemment. Vous leur répondez quoi, sur cette équipe, qui écrit et se dit irréprochable … A mon avis on peut s’expliquer sans une telle situation, et voyez que rien n’échappe aux médias… qui constate que rien n’est simple à Idron Je vous souhaite malgré tout une bonne journée. »



Pour terminer, Léons Sayous, ancien Maire et membre de cette « majorité recomposée », se dit aujourd’hui « ahuri » par cette situation, souhaitant le retour de « la paix, l’ordre et la sécurité ». Oublie-t-il qu’il a participé à semer ce grand désordre sur la Commune ? Que faut-il en penser ?



Aujourd’hui, que faut-il faire pour vivre « Naturellement bien » sur Idron ? Que faut-il faire pour retrouver la sérénité et la paix ? Qu'arrive-t-il à notre si belle commune ?

Ces habitants fidèles et chaleureux ne méritent vraiment pas cela.


L’équipe « Idron au cœur ».