Rechercher

Lettre d'Annie HILD aux Idronais

Chères Idronaises, chers Idronais,


Je souhaite par cette lettre vous remercier de la confiance que vous avez bien voulu m'accorder le 15 mars dernier et vous apporter un éclaircissement sur la gestion communale lors de la crise du Covid 19, apparemment, l'objet de mon éviction.


Mon principal objectif en tant que Premier Magistrat a toujours été de maintenir un service public communal en conformité à vos attentes, pour vivre « naturellement bien » à Idron.

Depuis 2001, Idron n'a cessé de se moderniser au service de la population, en mettant à votre disposition des équipements utiles et au service de tous. 


Pendant la période de confinement, les directives gouvernementales imposaient au maire et à l'équipe municipale en place, toujours responsables de la gestion municipale, de mettre en œuvre un service minimum. Le respect de ces directives a amené à une réorganisation des services municipaux concernant le personnel fragile ou retenu pour la garde des enfants. Leur présence, basée sur le volontariat, était de cinq agents pour le groupe scolaire et réduite à deux agents pour les services techniques, tous les deux jours. 


LA VOLONTE D'AGIR UTILEMENT AU SERVICE DE LA COLLECTIVITE : ENTREPRISES LOCALES ET EMPLOIS JEUNES


Pour que ce service public soit efficace, j'ai rapidement fait appel à des entreprises idronaises locales déjà régulièrement sollicitées pour le gros entretien des espaces verts et divers aléas comme la chute d'arbres. Ce principe leur a permis de maintenir une activité économique vitale tout en œuvrant pour la propreté de la collectivité. De même, la commune a fait intervenir par solidarité deux associations d'insertion (ADAPEI et Béarn Solidarité - Croix-Rouge Insertion).


Dans la même optique, j'ai accepté de recruter, à leur demande, durant leurs vacances et suspension des cours, des jeunes contractuels de 17 ans et plus, lycéens ou étudiants, pour des petites missions d'intérêt général (désherbage autour des bâtiments principaux et rejets autour des arbustes).


Depuis 2001, ces interventions permettent de pallier, tout au long de l'année, à l'absence d'agents titulaires en congé ou en arrêt maladie et aussi de concrétiser leur entrée dans le monde professionnel. Qu'ils soient remerciés de l'intérêt qu'ils portent à la commune. 


Du fait de lourdes critiques et manipulations de l'opposition, je tiens à préciser, qu'en toute logique, les rémunérations de leurs contrats de courtes durées (2 et 3 jours) signés fin avril ont été reportées sur la fiche de paie de mai en conformité avec les services administratifs en situation de télétravail et les quelques élus présents.



LA TRAHISON N'A JAMAIS DE JUSTIFICATION LA DÉMISSION COMME SOLUTION


Si les pratiques de la commune, traitées légalement par les services administratifs, étaient si douteuses, pourquoi les adjoints « frondeurs » ou futurs élus ne sont-ils pas sortis de leur confinement pour m'alerter et m'orienter dans le bon sens ? J'ai bien compris le jour de l'élection du maire, que leur temps était absorbé par d’autres impératifs partisans…

Si mes pratiques étaient si « autoritaires », pourquoi les adjoints « frondeurs » ont-ils voulu repartir avec moi pour un nouveau mandat de six ans ?  


Je suis surprise que Monsieur Nahon et sa nouvelle « majorité » entame un « travail de redressement de la commune » en utilisant le programme de campagne présenté et validé par les électeurs mais réalisé à mon initiative. Pourquoi ne se sont-ils pas présentés courageusement devant les électeurs au lieu de s’adonner à des méthodes déloyales, tenant caché, le jour de l’élection du Maire, leurs bulletins au nom de Monsieur Nahon. Comment peut-il prétendre à une élection « inattendue » ?

Cela ne correspond certainement pas à la conception française de la démocratie.


Aujourd’hui, le nouvel exécutif semble, pour me déstabiliser, « vérifier » les comptes de la commune, que Monsieur Nahon a pourtant lui même certifiés pendant douze années en tant qu'adjoint aux finances. Je précise aux Idronais que le contrôle de légalité des juridictions administratives et financières a toujours validé ma gestion rigoureuse.


Dans ces conditions, comment le nouveau maire peut-il en prétextant l'union-surprise, avec une opposition délétère, convaincre les Idronais de « Mieux vivre à Idron », plutôt que « Naturellement bien » ?

Très récemment, les élus « Mieux vivre à Idron » ont décidé d’abandonner leur trois recours en demande d’annulation de l’élection du 15 mars dernier. Une nouvelle preuve de leur collusion.

Voici donc les pratiques du nouveau Conseil Municipal d’Idron. Notre commune mérite tellement mieux.


Je reste persuadée que les Idronais sauront montrer leur désapprobation de manière républicaine face à ces méthodes déloyales. L'unique mission que vous confiez au Maire consiste à vous représenter dignement et utilement au quotidien. Que la nouvelle "majorité" en prenne note !

Enfin, cette lettre me permet d'exprimer ma reconnaissance aux colistiers démissionnaires qui par leur fidélité au vote des électeurs et au programme proposé ont démontré une nouvelle fois la sincérité de leurs engagements auprès de la collectivité.

Durant ces nombreuses années, j'ai notamment eu le grand plaisir de travailler, de manière efficace et respectueuse avec Caroline LADOIS, Lionel PERE-ESCAMPS et Julien GEVREY.

Leur travail, sans relâche, aura permis au groupe scolaire de se développer pour le bien être des enfants et au marché paysan de prospérer. 

Je suis très touchée par les nombreux témoignages que je reçois au quotidien.

Servir la commune et avoir pu imaginer et concrétiser, en votre nom et pour vous, des projets collectifs a été ma plus grande satisfaction. 

Au plaisir de vous revoir,

Bien à vous,


Annie HILD